Tempête sous un crâne. Mathilde de Rothschild (1874-1926), collectionneuse de têtes de mort – Communication le 22 juin 2024 par Sophie Motsch

Mathilde de Rothschild, photo Reutlinger, vers 1897, Musée d’art et d’histoire du judaïsme

Si la « baronne Henri », comme elle était appelée, fait partie de l’illustre famille Rothschild, sa collection, léguée en 1926, est restée inédite jusqu’à la première étude publiée dans Les Rothschild une dynastie de mécènes en France (Prévost-Marcilhacy, 2016) et l’exposition Même pas peur (Toulouse, 2018).

Les œuvres, majoritairement occidentales, se répartissent entre fonction religieuse (grains de rosaire, chapelet, crânes d’Adam…) et usage profane (natures mortes peintes ou sculptées, bijoux…) tandis qu’une vingtaine d’objets sont orientaux (netsuke et okimono).

Squelette dans un linceul assis sur un tombeau, Ivoire, France, 1547, Musée des Arts décoratifs

Après une présentation de la personnalité de la collectionneuse et du contexte de la constitution de cette singulière collection, nous examinerons une sélection des objets les plus étonnants.

Communication présentée par Daniel Alcouffe.

Samedi 22 juin 2024 à 18h, à l’INHA, salle Vasari (1er étage).

Épingle de cravate, or, émail, diamants taille rose, Paris, vers 1890-1900, Musée des Arts décoratifs

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Leibundgut (19 juin 2024). Tempête sous un crâne. Mathilde de Rothschild (1874-1926), collectionneuse de têtes de mort – Communication le 22 juin 2024 par Sophie Motsch. Société de l’Histoire de l’Art Français (SHAF). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uog


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search