Exposition Jean Daret au musée Granet d’Aix-en-Provence

Si vous partez vers le Sud, si vous allez au festival de musique d’Aix, si vous vous intéressez à la peinture du XVIIe siècle, il est impératif de vous rendre au musée Granet avant le 29 septembre. Si vous habitez Paris, en 2h de TGV, vous y êtes (presque).

Jean Daret (Bruxelles, 1614 – Aix,1668) est injustement méconnu et cette belle exposition lui rend un magnifique hommage grâce à Jane MacAvock, commissaire scientifique qui travaille depuis bien des années sur le peintre depuis qu’Antoine Schnapper lui a donné ce sujet (elle est aussi membre de notre société), grâce aussi à Bruno Ely, directeur du  musée Granet, à Pamela Giraud, conservatrice au musée Granet, et à Pierrick Rodriguez, conservateur régional des Monuments historiques de la région PACA. Mais il ne faudrait pas oublier de saluer le centre de restauration (CIRCP) de Marseille qui a magnifiquement restauré une vingtaine de tableaux, la plupart tirés des églises, qui ont connu une vraie renaissance.

Daret, formé à Bruxelles, à Paris, puis en Italie, s’est établi à Aix vers 1636 jusqu’à sa mort, avec un court intermède à Paris pour être reçu à l’Académie de Peinture et de Sculpture (1663). Son œuvre la plus connue, le décor a quadratura italianisante de l’escalier de l’hôtel de Châteaurenard (1654), non loin de la cathédrale d’Aix, a aussi été restauré et est désormais ouvert au public.

Jean Daret, La Crucifixion avec la Vierge des Sept douleurs, entourée de saint Pierre et de saint Antoine abbé, 1640, Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur.

Mais l’exposition nous montre toutes les facettes de son art. Elle s’ouvre sur la monumentale Crucifixion (1636) commandée pour les Augustins déchaux et désormais conservée à la cathédrale: dans l’image de la Vierge de douleur, accompagnée des patrons des commanditaires, saint Antoine et saint Pierre, apparaît un réalisme  dramatique, qui unit le souvenir du clair-obscur de Caravage et celui de sa formation flamande. Pour la première fois, la prédelle est venue de Boston pour rejoindre la grande toile.

Jean Daret, Joueur de guitare, 1636, Aix-en-Provence, musée Granet
Jean Daret, Joueuse de luth, 1638, Yale University Art Gallery

Une autre réunion, grâce à un prêt d’outre-Atlantique, permet de voir côte à côte Le joueur de guitare, un des chefs d’œuvre du musée Granet, et La joueuse de luth, son pendant (1636 et 1638), où s’unissent peinture de genre et art du portrait, empreints d’une mélancolie joyeuse et appliquée.

Un autre rassemblement inédit regroupe les tableaux de la chapelle de l’Association de la Sainte Famille de la maison de L’Oratoire, à laquelle Daret appartenait. Sur la vingtaine de représentation de saints, six ont pu être exposées, des représentations sculpturales en pied sur un fond de paysage. Un autre regroupement permet d’apprécier le décor de cette église de l’Oratoire d’Aix, où se trouvait L’Ange gardien de Daret, venu de l’église de Simiane-Colongue.

Jean Daret, L’Ange gardien, 1647, Simiane-Collongue, église Saint-Pierre-aux-Liens.

Pour mieux comprendre ces rassemblements et la spécificité de Daret par rapport à ses contemporains alors actifs en Provence, les commissaires ont organisé des confrontations avec des peintures de Nicolas Mignard, de Reynaud Levieux ou de Gilles Garcin. Une des plus spectaculaires permet de comparer la Mort de saint Joseph, traitée par Mignard, par Levieux et par Daret. Ce dernier s’en tire avec le plus de force et d’habileté, rendant l’émotion qui se dégage du visage du mourant, et la matière palpable des tissus.

D’autres salles imposeraient de s’attarder : sur la peinture mythologique, sur l’art du portrait, sur le grand décor. On se contentera d’engager les visiteurs à admirer l’immense (3m) Assomption de la collégiale de Pignans (1647), et à découvrir le Portrait de chasseur (1661), peint en collaboration avec Nicasius Bernaert pour la partie animalière, que le musée de la Chasse vient d’acquérir.

Jean Daret et Nicasius Bernaerts (1620-1678), Portrait de Robert du Pille en chasseur,
1661, Paris, musée de la Chasse et de la Nature.

Et on s’attardera longuement sur l’œuvre graphique de Daret, dans la mesure où Philippe de Chennevières a été un pionnier de sa découverte, et que Jane MacAvock est spécialiste précisément de l’art du dessin. Études préparatoires, gravures à l’eau-forte (Jean Daret était le cousin du graveur Claude Daret) composent une production d’une grande diversité, tout récemment augmentée par l’acquisition de feuilles inédites par le musée.

Compte-rendu par Geneviève Bresc-Bautier

Références :

Jane MacAvock (dir.), Jean Daret 1614-1668, Peintre du Roi en Provence, Éditions Lienart et Musée Granet, 2024, 272 pages, 220 illustrations.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Leibundgut (18 juin 2024). Exposition Jean Daret au musée Granet d’Aix-en-Provence. Société de l’Histoire de l’Art Français (SHAF). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uof


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search