Exposition « Oudry/Oudrymania : Fables, chasses, combats » au château de Chantilly

Bien connu pour ses nombreux portraits animaliers et ses scènes de vénerie, Jean-Baptiste Oudry est l’objet d’une exposition dans les salles d’arts graphiques du musée Condé de Chantilly, organisée selon les trois thèmes de son titre :

Chasses :

Sont réunies plusieurs peintures cynégétiques commandées en 1724 par les Bâtiments du roi pour la salle des Gardes de Chantilly dont deux font partie des collections du musée Condé, tandis que la troisième est conservée au musée des Beaux-Arts de Rouen. Encore marquées par l’influence de Desportes, ces trois Chasses anticipent les commandes des portraits de ses chiennes que fit le roi à Oudry, l’année suivante. Plusieurs feuilles accompagnent cette prestigieuse commande tandis que le Vanneau huppé pendu par une patte, plus tardif (1750), issu de la donation de Pierre Rosenberg pour le musée du Grand Siècle de Saint-Cloud, nous introduit dans une ambiance méditative.

Jean-Baptiste Oudry, Chasse au renard, 1725, Chantilly, Musée Condé

Combats :

Plusieurs feuilles de belles dimensions illustrent ce motif qu’Oudry figura à de nombreuses reprises (Vienne, Albertina ; Montpellier, musée Atger, …). Le thème des Combats qui regroupe ici des animaux exotiques, invite à un traitement dynamique mêlant éléphants, léopards, tigres et lions. Une feuille à la sanguine, récemment acquise par le musée Condé, est comme un écho des singeries de Christophe Huet pour Chantilly, étudiées naguère par Nicole Garnier (et que la superbe exposition Boulle permet d’examiner de près). Mais ici, les singes ne sont pas considérés sous un aspect anthropomorphe, ce qui représente une exception parmi les nombreuses « singeries » du XVIIIe siècle.

Fables :

Si, de 1729 à 1734, Oudry a illustré les Fables de La Fontaine en un corpus de près de trois cents feuilles, il faut attendre le milieu du siècle et Montenault d’Egly pour qu’il soit gravé et publié. L’ensemble réuni ici est une éblouissante démonstration du talent d’Oudry, que renforce l’exceptionnel état de fraîcheur des feuilles exposées. L’esprit de La Fontaine est traduit par la vivacité du trait, du lavis et de la touche à l’encre au carbone et à la gouache blanche sur fond bleu. Le commissaire de l’exposition, Baptiste Roelly, définit l’exercice par la formule « dessiner en peintre ». On ne saurait mieux dire. Nous retrouvons les animaux chers à l’auteur des Fables et à l’artiste (Le Chat et le Rat, Le Loup et le Renard, Le Chien à qui on a coupé les oreilles) mais également la transcription d’un exotisme rêvé (Le Bassa et le Marchand, Les Deux Amis) aussi bien que l’inscription dans la contemporanéité (Le Fou qui vend de la sagesse).

La reproduction des œuvres d’Oudry en gravures fut confiée à Charles-Nicolas Cochin qui s’entoura d’une cohorte de graveurs. Avec l’exemple des Deux Aventuriers et le Talisman, nous assistons à la fabrique de l’entreprise. La touche très libre d’Oudry étant intransposable en gravure, Cochin reprend son dessin selon un mode linéaire et la technique sèche du graphite, propres à être reproduits en gravure.

Jean-Baptiste Oudry, Les Deux Aventuriers et le Talisman, 1732, pinceau et encre noire, lavis gris et rehauts blancs sur papier bleu, collection particulière
Charles-Nicolas Cochin, Les Deux Aventuriers et le Talisman, vers 1757, graphite, indication de pierre noire sur mise en place à la sanguine, collection particulière

Oudrymania :

Enfin l’Oudrymania se donne libre cours dans la dernière salle du parcours de l’exposition. Surtouts en porcelaine de Sèvres, décors sur de fines porcelaines de Vincennes, décors de boiserie peints d’après des œuvres d’Oudry, témoignent de l’engouement pour l’artiste, qui traverse le temps. Ne réédite-t-on pas en plein milieu du XIXe siècle des surtouts d’après des modèles d’Oudry ? Voilà une excellente conclusion à cette exposition qui mériterait d’être mieux signalée dans le château. Un souhait facile à exaucer malgré la richesse des collections du château !

Compte-rendu par Hélène Guicharnaud.

Informations pratiques :

Musée Condé, château de Chantilly jusqu’au 6 octobre 2024, fermé le mardi.

Références :

Baptiste Roelly et Oriane Beaufils (dir.), Oudry/Oudrymania : Fables, chasses, combats, Domaine de Chantilly et Éditions Faton, 2024, 160 pages.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Leibundgut (18 juin 2024). Exposition « Oudry/Oudrymania : Fables, chasses, combats » au château de Chantilly. Société de l’Histoire de l’Art Français (SHAF). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uoe


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search