Assemblée générale du 25 mai 2024

L’Assemblée générale de la Société de l’Histoire de l’Art français (SHAF) s’est tenue le 25 mai 2024 à l’INHA, salle Vasari. Les adhérents avaient été convoqués par un courrier ou un courriel en date du 3 avril 2024, joint au programme des activités du 2e trimestre. 36 membres ont signé le registre de présence et 28 adhérents avaient adressé des procurations.

L’Assemblée générale des adhérents

La présidente, Mme Geneviève Bresc-Bautier, a d’abord présenté le rapport moral de l’exercice 2023 et a en particulier évoqué les membres qui nous ont quittés en 2023 : ce rapport moral a été approuvé à l’unanimité. Elle a ensuite ouvert le vote à bulletin secret en vue du renouvellement du 1er quart des administrateurs, de l’élection de nouveaux membres et de la nomination de membres d’honneur.

La secrétaire générale, Mme Nicole Garnier, a ensuite détaillé le rapport d’activité de l’exercice 2023 :

  • Les 16 communications et les 9 visites organisées en 2023
  • La publication des bulletins 2015 et 2016 et la préparation des suivants,
  • Les projets de Nouvelles Archives de l’Art français et de Correspondances des directeurs de l’Académie de France à Rome,
  • La mise en place de la commercialisation par les éditions Faton des publications de la SHAF,
  • La mise en place d’un site internet sur la plateforme Hypothèses,
  • Les prix décernés à de jeunes chercheurs.

Ce rapport d’activité a été approuvé à l’unanimité.

Nicole Garnier, Geneviève Bresc-Bautier et Brice Leibundgut © MG Métraux

Les comptes pour l’exercice 2023 ont ensuite été présentés par le trésorier, M. Brice Leibundgut. Le résultat de l’exercice est négatif compte tenu de la reprise de la publication des bulletins ; l’érosion des cotisations conduit à mettre en place des mesures pour contenir l’évolution des frais de fonctionnement. Ce rapport financier, ainsi que les comptes du prix Nicole et le budget pour 2024 ont été approuvés à l’unanimité. L’Assemblée générale a aussi approuvé à l’unanimité l’augmentation des cotisations après dix années de stabilité : elles seront désormais de 60€ à titre individuel, 75€ pour un couple et 12€ pour un jeune chercheur (moins de 32 ans).

Après dépouillement du vote à bulletin secret, la composition du conseil d’administration et la nomination de membres d’honneur ont été approuvés à l’unanimité :

  • Mmes Françoise Bercé et Élisabeth Foucart-Walter, MM. Dominique Lobstein et Brice Leibundgut ont leurs mandats renouvelés au titre du premier quart,
  • Mme Hélène Guicharnaud (1er quart), M. Maxime Georges Métraux (1er quart), Mme Véronique Meyer (2e quart), M. Patrick Ramade (3e quart) et Mme Nathalie Volle (4e quart) ont été élus au conseil,
  • MM. Jean de La Motte de Broons, François Souchal et Guy Motais de Narbonne ont été nommés membres d’honneur de la société.
Dominique Brême évoquant Gabriel Revel © B. Leibundgut

À l’issue de cette Assemblée générale, M. Dominique Brême nous a donné une communication intitulée « Revoir Gabriel Revel (1643-1712) », communication qui faisait écho à une autre donnée il y a 43 ans.

Né à Château-Thierry en 1643, Gabriel Revel – fils d’un obscur peintre-verrier – fut sans doute introduit par Jean de La Fontaine auprès de Charles Le Brun peu après l’abandon par celui-ci du chantier de Vaux. Proche du premier peintre, dont il adopta sans réserve les principes, Revel figura, avec François Verdier, Claude Audran et François Bonnemer, parmi les collaborateurs zélés de Le Brun. Il fut reçu à l’Académie royale en 1683 sur les portraits de François Girardon (Versailles) et de Michel Anguier (perdu, connu par l’estampe).

Quoique champenois d’origine, Revel créa au cours des années 1680 des liens de plus en plus nombreux avec la Bourgogne. Il fut ainsi chargé de peindre à Dijon, en 1688, le plafond allégorique de la chambre des requêtes du parlement de cette province (in situ). Représentant de l’art officiel et doué d’un talent très supérieur à celui des peintres locaux, il suscita immédiatement l’intérêt de la noblesse et de la bourgeoisie bourguignonnes dont il devint le portraitiste quasi exclusif. Revel trouva également à Dijon, où il s’installa définitivement au début des années 1690, un lieu propice à la réalisation de décors pour les hôtels particuliers et de tableaux historiques pour les nombreuses églises de Dijon. Peintre prolifique, copiant volontiers Nicolas Poussin, Le Brun et même Antoine Coypel, Revel eut également une importante production originale, l’ensemble de son œuvre répertorié représentant aujourd’hui un corpus de plus de cent tableaux. Surchargé de commandes, l’artiste peignit jusqu’à sa mort survenue à Dijon en 1712.

Les adhérents ont chaleureusement remercié Dominique Brême pour cette communication passionnante.

Compte-rendu par Brice Leibundgut (et Dominique Brême pour la partie relative à Gabriel Revel).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Leibundgut (26 mai 2024). Assemblée générale du 25 mai 2024. Société de l’Histoire de l’Art Français (SHAF). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q0t


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search